Photo

ISMÈNE TOUSSAINT

UN PEUPLE MÉTIS LIBRE, UNE VISION, UNE UNION : PETIT HISTORIQUE DE L'UNION MÉTISSE EST-OUEST

UN PEUPLE MÉTIS LIBRE, UNE VISION, UNE UNION : PETIT HISTORIQUE DE L’UNION MÉTISSE EST-OUEST

Quelle joie d’apprendre que les Métis ne font plus qu'un !
Unis pour toujours !     Ne les laissons pas nous  séparer !

 Louis Riel - Devises de l’Union métisse Est-Ouest

« L'Union a été l'étincelle de la cause métisse au Québec. »

Jean Jolicœur (Chef à l'Alliance Autochtone du Québec, 11 juin 2009)

En 2005, face aux injustices que le peuple métis canadien-français subit Logodepuis le XIXe siècle, Ismène Toussaint, auteure et enfant spirituelle de Louis Riel, fonde l’Union métisse Est-Ouest en partenariat avec une communauté métisse du Québec, M. Jean Jolicœur, l'un des chefs de l’Alliance Autochtone du Québec (AAQ ; 30 000 membres Métis et Indiens hors-réserves) et directeur du site internet pionnier La Nation Autochtone du Québec un organisme métis du Manitoba. Il s’agit d’un mouvement identitaire, familial, politique et culturel destiné à faire connaître et reconnaître les Métis, et à rebâtir la Nation métisse canadienne-française.

2005

8 mai 2005 : Fondation de l’Union métisse Est-Ouest au Parc La-Fontaine, à Montréal, lors d’une rencontre entre l’auteure Ismène Toussaint et des représentants métis du Québec et du Manitoba. Les Métis de l’Ouest retrouvent pour la première fois leurs familles-souches au Québec après 120 ans de séparation.

L’Union va désormais initier, encourager ou participer à des regroupements familiaux, à des événements politiques et à des manifestations culturelles et artistiques métisses dans tout le Canada.
Entre 2005 et 2007, Ismène Toussaint va également publier de nombreux articles sur les Métis dans le site La Nation Autochtone du Québec
(http://www.autochtones.ca) et le journal La Presse québécoise, organe du Rassemblement pour un Pays Souverain (RPS, http://www.rpsquebec.qc.ca).
Sur ces sujets, voir le dossier «Union métisse Est-Ouest 2005-2011», à gauche dans ce site.

27 août : L’Union apporte son appui à l’élection du premier Métis à la Présidence-chefferie de l’Alliance Autochtone du Québec (AAQ).

11 octobre : Lors du lancement de l’ouvrage d’Ismène Toussaint, Louis Riel, Journaux de guerre et de prison (Éditions Stanké), ce mouvement apparaît publiquement à la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM), la plus vieille société politique, patriotique et nationaliste d’Amérique du Nord. Sous les auspices de Michel Émery, président de la section Louis-Riel, des représentants Métis canadiens-français du Manitoba, du Québec et des Provinces Maritimes se réunissent pour la première fois.
Les Métis de l’Ouest procèdent à la reconnaissance des Métis du Québec et de l’Est.

Jean Dorion, président général de la SSJBM, est le premier homme politique québécois à reconnaître officiellement l’existence de Métis au Québec.
Jean Jolicœur, l'un des chefs de l’AAQ et directeur du site internet La Nation Autochtone du Québec, est nommé l’un des pères-fondateurs de l’Union.

7-17 novembre : L’ouvrage d’Ismène Toussaint, Louis Riel, Journaux de guerre et de prison, devient le fer de lance de la tournée métisse qu’elle effectue au Manitoba avec un représentant Métis du Québec, afin de resserrer les liens entre l’Est et l’Ouest : visites aux familles et aux organismes métis ; intervention à l’école Louis-Riel, à Saint-Boniface ; entrevues avec les médias et des spécialistes universitaires du monde métis ;  participation à la cérémonie du 120ème anniversaire de la mort de Louis Riel au cimetière de Saint-Boniface (16 novembre), à laquelle se joignent Jean Jolicœur et Gilles Bérubé, directeur de la Corporation Waskahegen de logement pour les Autochtones hors-réserves du Québec.

2006

Au printemps, l'Union commence à diffuser auprès des Métis du Canada l’hymne national composé par Jean-Marc Duval, premier ténor à l'Opéra de Nancy (Lorraine, Est de la France) : Peuple métis, souviens-toi... (2005, Studio Spinner).  

20 août : Le militant Jackie Vautour, Métis micmac et futur père de l'Union dans les Provinces Maritimes, effectue le premier lever de drapeau métis sur son territoire, à Kouchibouguac (Nouveau-Brunswick).

11 octobre : Le mouvement s’étend aux Maritimes et les Métis de l’Ouest signent un Acte de reconnaissance des Métis du Nouveau-Brunswick.
Jackie Vautour, Alfred Chiasson, chef métis de l'Alliance des Premiers Peuples de la Côte-Est (APPCE), et Wilfred Brideau deviennent les pères fondateurs de l'Union dans cette province.

8 novembre : L'historien Russel Bouchard, de Chicoutimi (Saguenay-Lac-Saint-Jean, Québec), lien de mémoire de la communauté métisse du Domaine du Roy et de la Seigneurie de Mingan (CDRMS) et leader du peuple métis de la Boréalie, est nommé  « historien officiel » de l'Union : son ouvrage, La longue marche du peuple oublié/Ethnogenèse et spectre culturel du peuple métis de la Boréalie (Éditions Chik8timitch), a démontré clairement la filiation unissant les Métis de l'Est et les Métis de l'Ouest.

26 novembre : Lors d’une tournée métisse effectuée au Nouveau-Brunswick, Ismène Toussaint et un représentant des Maritimes libèrent une partie des Métis du joug d'un organisme Première Nation, à New Castle.

2007

8 mai : À Ville-de-Lac-Brome (Estrie, Québec), Gilles Rhéaume, Métis abénaki et Conseiller général de la SSJBM, Jean Jolicœur, Ismène Toussaint et Jean-Guy Pinel, président du Régiment des Miliciens et Réguliers du Marquis de Montcalm (RMRMM) et représentant le baron Georges Savarin de Marestan, descendant du précédent, signent l’Acte d’Union métisse Est-Ouest en présence d’un homme de loi. Ce document historique, qui est enregistré officiellement et à présent en cours de publication, déclare que « les peuples métis canadiens-français forment désormais un seul et même peuple, uni, fraternel et indivisible, de l’Atlantique jusqu’au Pacifique ». Il va contribuer à accélérer le processus d’union.

Le même jour, Jean Jolicœur reçoit le Certificat de Mérite Gros-Ours de l'Union pour le travail qu'il accomplit depuis près de vingt ans auprès des Autochtones.

11 octobre : Des Métis rendent hommage à Ismène Toussaint par le biais d’un article publié dans divers médias, dont le journal La Liberté (Manitoba) et le site La Nation Autochtone du Québec.

2009

8 mai : Ismène Toussaint fait reconnaître Gilles Rhéaume comme « leader historique » de l’Union et l’un des fondateurs de l’Acte d’Union par des chefs métis de l’Alliance des Premiers Peuples de la Côte-Est (APPCE, Maritimes), ainsi que par l’AAQ, des familles influentes du Manitoba, dont des Riel et des Dumont, et des petites nations métisses de l’Alberta, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique.

11 mai : Cette reconnaissance est annoncée publiquement dans le cadre de la section Ludger-Duvernay de la SSJBM, lors du lancement du nouveau livre d’Ismène Toussaint, Gabriel Dumont, Souvenirs de résistance d’un immortel de l’Ouest (écrit en collaboration avec Denis Combet, Éditions Cornac). Des représentants métis canadiens-anglais du Manitoba apportent également leur appui à cet événement.

18 mai : Lors de son discours de réception du prix Chevalier de Lorimier, Gilles Rhéaume se définit publiquement « Métis » et soutient le coup d’éclat (dit mini « coup d'état ») de Jean Jolicœur et d’Ismène Toussaint, qui fait reconnaître la Nation métisse par la Nation québécoise devant plus de 400 représentants de l’élite politique, culturelle et associative québécoise, qui sont réunis pour la Soirée des Patriotes, dans le cadre du Rassemblement pour un Pays Souverain (RPS). Tous deux deviennent Coprésidents des Autochtones Métis de la Nation québécoise (CAMNQ).

Le même soir, naît l’Union des Peuples métis libres du Québec (président : Victor Charbonneau, Métis montagnais), qui portera désormais le drapeau métis et pilotera des actions de terrain à Montréal, dans sa région, et à Ottawa.

11 juin : Lors d’une conférence d’Ismène Toussaint prononcée à la SSJBM, « Après cent-vingt ans, Gabriel Dumont revient au Québec », Jean Jolicœur annonce qu’il a déposé à la Cour supérieure du Québec une demande de reconnaissance collective des Métis et des Indiens sans-statut par les gouvernements, afin de compléter le travail historique de l’Union.

13 juillet : Au Québec, L'Union se rapproche de Nation métisse contemporaine (NMC) et de la communauté métisse de Lanaudière (président : Claude Mahikan Samson).

8 août : Première union culturelle avec les Métis de l’Ontario, grâce à l’ambassade de Christian Pilon, Voyageur authentique métis et conférencier.

22 octobre : Le mouvement rejoint la Nouvelle-Écosse, dans les Provinces Maritimes.

Par le biais d’une lettre signée Ismène Toussaint et Jean Jolicœur, l’Union envoie son appui à Pat Martin, chef du Nouveau Parti Démocratique (NPD) au Manitoba, qui a effectué le 16 novembre précédent une demande de réhabilitation de Louis Riel auprès de la Chambre des Communes.

Novembre : Le mouvement entre en contact avec les Métis du Labrador (Inuits).

5 décembre 2009 : Dans le cadre de la section Jean-Olivier-Chénier de la SSJBM, réunie pour le Banquet des Patriotes à Saint-Eustache (capitale des Patriotes, Laurentides, Québec), Ismène Toussaint prononce un discours sur Louis Riel et les Métis contemporains.

2010

13 janvier : Stéphane Roy, Métis Bedeque de Rimouski (Bas-Saint-Laurent, Québec), devient le nouveau président de l’Union. Il déclare son intention de lui donner une orientation plus spirituelle, et de développer ses activités sociales, éducatives et environnementales.

Le 6 janvier précédent, à Montréal, il a conclu une « Entente historique » avec l'organisme La Famille (président : Yvan Bombardier), qui œuvre au rapprochement des différentes communautés composant le Québec, ainsi qu'avec le peuple Anishinabé (représentant : Jacob Wawatie) ; le Conseil Traditionnel Mohawk de Kahnawake (Territoire Mohawk ; porte-parole : Stuart Myiow Jr), organisateur de cérémonies traditionnelles dans le respect de la Grande Loi de la Paix et de la compréhension symbolisée par le Wampum à deux bandes ; la communauté Maya (représentante : Lesvia Vela) ; et la communauté Mapuche (représentant Équateur-Québec : Cesar Caceres Rojas, président d'Action Créative). 

L'Union tisse également des liens avec le Cercle de Femmes de L'Île-de-la-Tortue (ou de Montréal ; représentante : Nadiejda Valdès).

Le 24 janvier, le 6 février et le 12 mars, Jean Jolicœur fait respectivement adopter à l'unanimité trois résolutions d'appui à la commémoration Louis-Riel 2010 par la section Jean-Olivier-Chénier de la SSJBM, la Corporation Waskahegen de logements pour les Autochtones hors-réserves du Québec, et l'assemblée générale annuelle de la SSJBM. L'année 2010 devient l'Année Louis-Riel au Québec.

28 janvier : Grâce aux ambassades effectuées par l’Union, la SSJBM conclut un accord de partenariat avec la Manitoba Metis Federation (MMF), qui participera désormais à la Fête nationale du Québec (le 24 juin).

16 février : À l'occasion du Banquet annuel des Patriotes organisée par le Rassemblement pour un Pays Souverain (RPS) à Montréal, l'Union remet une épinglette métisse (en forme de 8 couché, symbole de l'infini) à Jean Jolicœur pour récompenser son travail d'ambassadeur culturel.

30 mars : À Saint-Gabriel-de-Rimouski (Bas-Saint-Laurent), Stéphane Roy et sa compagne Annick Ouellet, artisane, fondent le Conseil Onkwehshon:'A (Les Êtres Vrais), destiné à promouvoir la culture autochtone grâce aux enseignements traditionnels et aux cérémonies rituelles.

20 avril : Lors de la cérémonie du second anniversaire de la Déclaration de Souveraineté du peuple Anishinabé, au Parc La-Vérendrye (Territoire Algonquin), l'Union renouvelle l'alliance que Louis Riel avait conclue avec lui dans les années 1880, au Lac-La-Barrière : le chef métis s'était notamment engagé à devenir un « protecteur de la Mère Terre ».

12 mai : L'Union est la première association métisse canadienne-française à devenir membre des nations, communautés, organisations et groupes métis canadiens-anglais des Maritimes jusqu'à la Colombie-Britannique inscrits dans le site Facebook. Grâce à l'ambassade de Mark Milan, représentant de la Vancouver Metis Association (Association des Métis de Vancouver), en Colombie-Britannique, l’Acte d'Union métisse Est-Ouest reçoit un accueil favorable de leur part et le mouvement va désormais leur prêter son concours dans nombre d’entreprises.  

27 mai : L’Union est également la première association métisse canadienne-française à répondre à l'appel de David Cada (Two Bears Standing, Deux-Ours debout), porte-parole de la Nation Odeka (Ontario) et l'un des organisateurs de « 2010 : L'Année des Premiers Peuples des Amériques - Appel à une Grande manifestation de protestation les 23-25 juin 2010 » au Canada. Dans un discours intitulé « Tous debout  pour le droit d’être libres ! », il enjoint le peuple Métis à s’unir avec les autres nations Autochtones du Canada pour mettre fin aux innombrables injustices dont elles sont victimes depuis l’arrivée des Européens sur le continent (Île-de-la-Tortue).

Dorénavant, les communications émises par l'Union vont être régulièrement reprises dans le site Cultural Foundation Native Expressions (http://www.cfne.org/), en Ontario. Sa directrice, Maggie Wertwyn, œuvre également à l'union des Métis dans la section intitulée «Métis Smart Section».

23-25 juin : Grâce aux efforts conjoints de l'Union et de ses nouveaux partenaires, les Métis descendent pour la première fois dans les rues des capitales canadiennes pour manifester avec les Premières Nations.

30 juin-10 juillet : Stéphane Roy participe à la Mission de Paix sur le fleuve Saint-Laurent organisée par La Famille : elle rassemble des personnes de différentes nationalités qui, par le biais d'un voyage en canot ponctué de visites quotidiennes à des communautés, s'efforcent d'unir les peuples du Québec tout en mettant en valeur leur héritage culturel et spirituel commun.

30 juin : Jean Jolicœur, accompagné d’un groupe de Métis, accueille la Mission de Paix sur le fleuve Saint-Laurent 2010 à l’Hôtel de Ville de Montréal.

Août : L’Union encourage le réveil des «Métis de Cuthbert Grant», fondateur de la Nation métisse dans l’Ouest (1816), qui s’est opéré grâce à son arrière-arrière-arrière-petite-nièce, Alexandria "Grant" Horyski, au Manitoba. Elle soutient notamment leur pétition destinée à rebaptiser une autoroute « Autoroute Cuthbert-Grant », ainsi que les événements culturels qu’ils animent au Vieux-Moulin des Grant (Grant’s Old Mill), à Winnipeg.

9 août : Lors de la Journée internationale des Autochtones, au Jardin Botanique de Montréal, Jean Jolicœur exprime publiquement les revendications des Autochtones hors-réserves du Québec.

11 octobre : Stéphane Roy et le Conseil Traditionnel Métis Onkwehshon:'A procèdent à une Cérémonie Louis-Riel à Saint-Gabriel-de-Rimouski, afin de souligner le 141ème anniversaire du début de la résistance métisse à la colonie de la rivière Rouge (futur Manitoba) et de célébrer la naissance de la nouvelle Nation métisse, dont l'Union contribue à poser les fondations.

Le même jour, à Montréal, l’Union décerne le titre de « Père de la Nation métisse » à Jean Jolicœur. Elle remet également des Certificats de Mérite à des Métis de tout le Canada qui se sont distingués dans leur domaine d’expertise, ainsi qu’à des personnalités québécoises et canadiennes les ayant aidés (voir à la fin du présent article).

19 octobre : L’Union apporte son appui au regroupement Unified Metis in Alberta (Métis Unis de l’Alberta - président : Darryl Steves), qui dénonce les abus, le favoritisme et les injustices dont ils sont victimes de la part d’un organisme officiel sensé les représenter.

25 octobre : Barbara Rusk, représentante métisse en Ontario, fait entrer Ismène Toussaint dans l’organisme national Women of the Metis Nation (Femmes de la Nation Métisse – présidente : Melanie  Omeniho), qui s’étend de l’Ontario jusqu’à la Colombie-Britannique. Ayant vu le jour les 23 et 24 octobre précédent à Saskatoon (Saskatchewan), il fait partie du Ralliement National des Métis (Metis National Council), à Ottawa, qui ne reconnaît pas les Métis du Québec.

11 novembre : À l’occasion du Jour du Souvenir, l’Union rejoint l’Association Canadienne des Vétérans et Membres Actifs Autochtones (Alliance nationale ; Canadian Aboriginal Veterans and Serving Members Association – président : Richard Blackwolf, commandant de Marine métis cheyenne) : il s’agit d’une sorte d'« Union Ouest-Est » militaire s’étendant de la Colombie-Britannique aux Provinces Maritimes.

15 novembre : Jean Jolicœur prononce une conférence intitulée « Louis Riel, fédérateur de la Nation métisse » dans le cadre de la Vigile annuelle Louis-Riel organisée par la section éponyme de la SSJBM.

16 novembre : En partenariat avec l’Union, Nation métis Contemporaine lance une action unificatrice des Métis de tout le pays, afin de souligner le 125ème anniversaire de la mort de Louis Riel : dès 8h du matin, heure de l’exécution du leader à Régina (Saskatchewan), des représentants métis et certains de leurs membres jouent du tambour ou se mettent en prière.

À Repentigny (Lanaudière), Jean Jolicœur lit des extraits de l’ouvrage d’Ismène Toussaint, Louis Riel, le Bison de cristal (Éditions Stanké, 2000), dans le cadre de la Soirée Louis-Riel donnée par la section Legardeur de la SSJBM. 
Claude Mahikan Samson, président de Nation métis Contemporaine et de la communauté métisse de Lanaudière, rend hommage à Louis Riel et à son enfant spirituelle, Ismène Toussaint, par la lecture d’un récitatif de sa composition, accompagné du tambour.

Le même jour, Alexandria "Grant" Horyski, leader des Métis canadiens-écossais, devient la représentante officielle de l'Union au Manitoba.

20 novembre : Ismène Toussaint est officiellement adoptée par Nation Métisse Contemporaine (NMC).

11 décembre : Jean  Jolicœur est le premier Autochtone à être nommé « Patriote régional de l’année » au Québec. Cette distinction lui est remise par la section Jean-Olivier-Chénier de la SSJBM lors du 173ème anniversaire de la bataille de Saint-Eustache. Un discours signé Ismène Toussaint est également lu au nom de la Nation métisse. Le récipiendaire reçoit en cadeau la Ceinture fléchée commémorative Batoche 2010, tissée par le créateur métis Mark Milan, de Vancouver, ainsi qu'une invitation de Richard Blackwolf, président de l'Association Canadienne des Vétérans et Membres Actifs Autochtones, à représenter les Autochtones hors-réserves du Québec lors de la cérémonie du 21 juin 2011, qui se déroulera au Monument National des Vétérans Autochtones, à Ottawa.

2011 

15 février : Stéphane Roy, qui s’est s’engagé dans une campagne contre l’implantation de compagnies d’exploitation des gaz de schiste au Québec, effectue une intervention à Rimouski, dans le cadre de l’Initiative citoyenne NON à une marée noire dans le Saint-Laurent.

19 février : Stéphane Roy et le Conseil Traditionnel Métis Onkwehshon:’A lancent une pétition intitulée « Le Québec aux pétrolières ? Appel d’urgence à la population pour la formation de comités de vigilance ».

1er mars : Lors du congrès du Parti Libéral du Québec à Rimouski, Stéphane Roy, Annick Ouellet et leur fille MariAnn-Luna (7 ans), remettent à M. Jean Charest, Premier ministre du Québec, une demande officielle de moratoire sur l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste pour l'ensemble du territoire québécois.

23 mars : Ismène Toussaint prête le serment des officiers envers l’Association Canadienne des Vétérans et Membres Actifs Autochtones.

9-10 avril : À Saint-Gabriel-de-Rimouski, Ismène Toussaint est l’invitée d’honneur du Conseil Traditionnel Métis Onkwehshon:’A, qui fête son premier anniversaire.

25 avril : Suite à la catastrophe nucléaire survenue à Fukushima (Japon) le 12 mars précédent, l’Union métisse Est-Ouest diffuse l’« Appel à l’Agence atomique internationale et à toute l’humanité » lancé par le Conseil Traditionnel Mohawk pour dénoncer les dangers imminents qui menacent la planète.

26 avril : Stéphane Roy, Annick Ouellet et leurs deux enfants, Michaël-Soleil (17 ans) et MariAnn-Luna, ouvrent par de la musique et des chants autochtones le spectacle des Artistes pour la Paix, qui est offert au Studio-Théâtre de la Place des Arts, à Montréal, sur le thème « Changeons d’ère, Sortons du nucléaire ! »

30 avril : L’Union métisse Est-Ouest commence à publier les articles concernant Ta’Kaiya Blaney (Eau précieuse), jeune poète et chanteuse de la Nation Sliammon (Colombie-Britannique) âgée de dix ans, qui défend son territoire contre la construction d’un double pipeline partant de l’Alberta.

1er mai : Jean Jolicœur entame une série de « Chroniques Autochtones » dans le journal La Presse québécoise.

11 mai : Le Conseil Traditionnel Métis Onkwehshon:’A signe une pétition d’appui aux Anishinabés qui bloquent les travaux (notamment de déforestation) entrepris sur leur territoire.

16 mai : Stéphane Roy, Annick Ouellet et le Conseil Traditionnel Métis Onkwehshon:’A vont apporter leur appui à la soixantaine de citoyens et membres des organismes Moratoire d'Une Génération et Non à une Marée Noire dans le Saint-Laurent, qui s’apprêtent à effectuer la Grande Marche Rimouski-Montréal pour un Moratoire sur les Gaz de schiste.

22 mai : L’Union accueille favorablement le projet de constitution d’un gouvernement Autochtone élaboré par David Cada (Two Bears Standing, Deux-Ours debout), porte-parole de la Nation Odeka en Ontario.

23 mai : À Ottawa, le sous-lieutenant métis mohawk Jean-Pierre Riendeau, responsable de l’Association Canadienne des Vétérans et Membres Actifs en Ontario, représente l’Union métisse Est-Ouest et le Conseil Traditionnel Métis Onkwehshon :’A lors des cérémonies d’ouverture de la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones : il lit publiquement une invocation aux Êtres Vrais et à la Nature composée par Stéphane Roy en français, en anglais et en mohawk.

26 mai : L’Union métisse Est-Ouest envoie un message de soutien aux Dénés Suline de Cold Lake, en Alberta, qui occupent leur territoire, menacé par l’aménagement d’un parc national.

11 juin : Dans le cadre de l’Année métisse Cuthbert-Grant instaurée par Alexandria "Grant" Horyski et les Métis-Écossais, l’Union apporte son soutien au dévoilement du portrait officiel du fondateur de la Nation métisse, qui a lieu au Vieux Moulin des Grant, à Winnipeg (Manitoba).

20 juin : À Ottawa, Ismène Toussaint est élevée au grade de Major par l’Association Canadienne des Vétérans et Membres Actifs Autochtones pour services rendus à la Nation Métisse.

21 juin : Lors de la Journée nationale des Autochtones, Ismène Toussaint, Jean Jolicœur et Victor Charbonneau, porteur du drapeau métis, assistent à une commémoration au Monument National des Vétérans Autochtones, à Ottawa, avec l’Association Canadienne des Vétérans et Membres Actifs Autochtones.

22 juin-1er juillet : Stéphane Roy, Annick Ouellet, MariAnn-Luna, Victor Charbonneau et plusieurs Métis participent à la Mission de Paix sur le fleuve Saint-Laurent 2011.

23 juin : L’Union encourage la naissance de la Fédération des Métis de Colombie Britannique (British Columbia Metis Federation, BCMF – président : Keith Henry).

3 août : Ismène Toussaint est nommée présidente intérimaire de l’Association Autochtone des Vétérans et Membres Actifs du Québec (voir la page Facebook du même nom), filiale de l'Association Canadienne des Vétérans et Membres Actifs Autochtones.

6 août : Dans le cadre de l’événement annuel Présence Autochtone, à Montréal,  Stéphane Roy, Annick Ouellet, MariAnn-Luna et Victor Charbonneau défilent aux côtés de La Famille et du Conseil Traditionnel Mohawk pour célébrer la Déclaration des Droits des Autochtones.

20 novembre : À l'occasion du 174ème anniversaire de la bataille des Patriotes contre l'armée britannique à Saint-Denis (Québec), Jean Jolicœur est nommé « Grand Patriote » par l'Assemblée des Patriotes (organisme de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, SSJBM).

5-9 décembre : L'Union et l'Association Canadienne des Vétérans et Membres Actifs Autochtones soutiennent la grève de la faim que le jeune vétéran métis Pascal Lacoste entreprend devant le bureau du ministre des Anciens-Combattants, à Lévis (Québec), afin d'obtenir des soins pour l'intoxication à l'uranium appauvri dont quelques camarades et lui-même ont été victimes lors de sa campagne en Bosnie-Herzégovine, à la fin des années 1990.

2012

26 février 2012 : À La Chute-à-Blondeau (Ontario), Jean Jolicœur est nommé « Grand Commandeur des Patriotes » par l'Assemblée des Patriotes (organisme de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, SSJBM), lors d'une cérémonie effectuée au monument Dollard-des-Ormeaux (1635-1660), chef militaire tombé à la bataille de Long-Sault contre les Iroquois, en Nouvelle-France.

30 juin-10 juillet : Pour la 4ème année consécutive, Stéphane Roy, sa compagne Annick Ouellet et leur fille MariAnn Luna participent à la Mission de Paix sur le Fleuve Saint-Laurent, organisée par La Famille et le Conseil Traditionnel Mohawk.

Mi-juillet : À Saint-Denis-sur-Richelieu (Montérégie), Jean Jolicœur, devenu l'un des présidents honoraires du Mémorial Louis-Joseph Papineau (1786-1871), jette la première pelletée de terre, aux côtés de l'ancien Premier ministre du Québec Bernard Landry, à l'endroit où s'élèvera la statue du chef du mouvement des Patriotes de 1837-1838.

25 juillet : Appui à l'événement pancanadien Walking With Our Sisters (Marchons avec nos sœurs !), créé par Christi Belcourt, peintre métisse de l'Ontario : elle demande aux artistes professionnelles et amateures de confectionner 600 paires de mocassins brodés d'empeignes pour une exposition itinérante destinée à rappeler le souvenir des 600 femmes Autochtones disparues et (ou) assassinées ces vingt dernières années.

28 juillet : Stéphane Roy organise une cérémonie traditionnelle Autochtone
dans le cadre de la manifestation Écho-Fêtes, à Trois-Pistoles (Les Basques et Rivière-du-Loup). Après le spectacle de Samian, jeune chanteur Innu, sa fille MariAnn Luna remet à ce dernier une Plume d'outarde de la Parole et de la Création.

19 août : À l'Île-aux-Basques (Les Basques et Rivière-du-Loup), en souvenir des premiers pêcheurs basques arrivés en ces lieux dès le XVIe siècle, Stéphane Roy, sa famille et des représentants de la communauté basque de France procèdent à des échanges traditionnels de cultures et d'objets. Tous participent également à une émission de télévision française, « Thalassa », spécialisée dans les voyages maritimes (diffusion en mai 2013 sur TV5).

2 septembre : Participation à la cérémonie de dévoilement de la plaque Louis-Riel - une première au Québec - par la Nation Métis Contemporaine (NMC) à la Visitation-de-l'Île-Dupas, dans la Lanaudière, région des ancêtres du grand homme.

Discours de Claude Samson, président de la NMC, Stéphane Roy, Jean Jolicœur, l'historienne Russel-Aurore Bouchard, Richard Blackwolf, président de la Canadian Aboriginal Veterans and Serving Members Association, l'ethnologue et poète Robert Lalonde, et Ismène Toussaint.
Depuis le Manitoba, Alexandria "Grant" Horyski, qui a été nommée le 14 juillet dernier Première intendante de Siol Cudbright, Groupe du Clan Grant d'Écosse Cuthbert-Grant, adresse également un discours au maire de La Visitation-de-l'Île-Dupas. De très nombreux représentants et membres de la Nation Métisse adressent des messages de soutien à l'inauguration de ce monument. 
 
Signature d'une entente entre l'Union et la Canadian Aboriginal Veterans and Serving Members Association pour permettre à cette dernière de la représenter lors d'événements et de cérémonies militaires.

Les jours suivants, dans le cadre du Conseil Traditionnel Mohawk, à Kahnawake (Territoire Mohawk), Stéphane Roy participe à plusieurs conseils de réflexion sur les origines de la Confédération des Cinq Nations Iroquoises, sur les enseignements de la Grande Loi de la Paix, et à la récitation de ses articles.

28 septembre : À Montréal, Stéphane Roy participe en même temps que Le Cercle des Premières Nations de l'Université du Québec à Montréal (Cpnuqam), La Famille et le Conseil Traditionnel Mohawk, à la manifestation organisée contre le projet d'implantation d'une centrale hydro-électrique sur la rivière Romaine, au nord de Havre-Saint-Pierre (Méganie, région de Duplessis).

4 octobre : À Ottawa, le vétéran métis Jean-Pierre Riendeau représente l'Union et le Conseil Traditionnel Métis Onkwehshon:'A lors de la vigile nationale organisée par l'association Sisters in Spirit (Sœurs en esprit), en mémoire des femmes Autochtones disparues et assassinées. 

21 octobre : À Saint-Denis-sur-Richelieu (Montérégie), Jean Jolicœur participe au dévoilement du Mémorial Louis-Joseph-Papineau, chef des Patriotes de 1837-1838. 

23 novembre : Au Régiment Maisonneuve de Montréal, Jean Jolicœur reçoit des mains de trois sénateurs la Médaille de diamant du Jubilé de la Reine Élizabeth II d'Angleterre (soulignant ses 60 ans de règne) pour l'ensemble de sa carrière et pour l'œuvre sociale qu'il a accomplie en faveur de ses compatriotes Autochtones.

 2013

13 janvier : Dans le cadre du banquet de Premier de l'An de la SSJBM, Jean Jolicœur reçoit la Médaille du Militant Bénévole pour ses accomplissements patriotiques, parmi lesquels sa participation au dévoilement du Mémorial Louis-Joseph Papineau à Saint-Denis-sur-Richelieu (région de la Montérégie, 21 octobre 2012) ; l'obtention de la Médaille de l'Assemblée Nationale du Québec pour M. Aimé Lacroix, un combattant autochtone décédé lors de la Première Guerre mondiale (Jour du Souvenir à Montréal, 11 novembre 2012) ; et sa contribution à la nomination officielle de la ville de Saint-Eustache comme «Capitale nationale des Patriotes» (Laurentides, 14 décembre 2012), qui sera bientôt suivie par l'inauguration d'une Place des Patriotes au même endroit.

28 février : À la SSJBM, lors du 175ème anniversaire de la Déclaration d'Indépendance du Bas-Canada par le docteur Robert Nelson, chef des Patriotes de 1837-1838, Jean Jolicœur reçoit le Prix Grand Fils de la Liberté des mains des représentants de l'Assemblée des Patriotes de l'Amérique Française (APAF).

10 mars :  Au Consulat du Vénézuéla de Montréal, Stéphane Roy participe aux côtés de la Famille et du Conseil Traditionnel Mohawk, à la cérémonie qui est organisée en hommage au président Hugo Chàvez, décédé le 5 mars précédent à l'âge de 59 ans.

16 mars : L'Union donne un vigoureux soutien à la promotion de l'annonce du film Cuthbert Grant, Warden of the Plains (Cuthbert Grant, le Gardien des Plaines), qui sera tourné en Écosse et au Canada par l'acteur, réalisateur et producteur écossais Bill Little ; et, le 17 mars, à la formation de The Cuthbert Grant Association (l'Association Cuthbert-Grant) par Nicholas Horyski-Cerros, arrière-arrière-arrière-petit-neveu du fondateur de la Nation Métisse.

17 mars : À l'Espace Art-Nature de Québec, Stéphane Roy participe en compagnie de La Famille et du Conseil Traditionnel Mohawk, à un Cercle de confiance organisé dans le cadre de la Commission Vérité et Réconciliation : instaurée par le ministère des Affaires Autochtones et du Nord-Canada, cette dernière permet aux personnes ayant subi des sévices dans les pensionnats indiens (ou des traumatismes en relation avec ces établissements) de partager leurs récits et leurs expériences. Elle encourage également la réconciliation entre les anciens élèves, les familles, leurs collctivités et tous les Canadiens. 

21 mars : À Winnipeg, au Manitoba, Stéphane Roy est nommé membre honoraire de Siol Cudbright, Groupe du Clan Grant d'Écosse Cuthbert-Grant.

Durant la semaine du 7 au 14 juin, l'émission française Thalassa (France 3) est diffusée à plusieurs reprises sur le réseau international francophone TV5, sur le thème «Du Pays Basque à l'Île aux Basques : la force et l'océan». Y sont interviewés Stéphane Roy et Annick Ouellet qui, en compagnie  d'Autochtones et de Basques du Vieux-Pays, procèdent à une cérémonie sur l'Île aux Basques (Municipalité régionale de comté Les Basques, Québec) ; plus exactement sur les ruines des fours qu'avaient construit les premiers pêcheurs basques arrivés au Canada en 1500, avant le découvreur Jacques Cartier.

23 juin : À Saint-Eustache (Laurentides), lors de l'inauguration de la Place des Patriotes, Jean Jolicœur reçoit la Médaille de l'Assemblée Nationale du Québec, des mains du maire de la ville,  pour avoir contribué à ce projet.

17 août : Jean Jolicoeur se joint à la grande rencontre métisse organisée par la Nation Métis Contemporaine sur la Visitation-de-l'Île-Dupas (Lanaudière).

5 septembre : Ismène Toussaint est nommée vice-présidente intérimaire de la Nation Métis Contemporaine, avant d'en redevenir membre, puis de mettre fin à ses activités de militante et de porte-parole de la Nation métisse.
Néanmoins, elle continue aujourd'hui à publier des informations dans ses sites Internet ismènetoussaint.ca et louisriel.org et à dispenser des conseils dans différents conseils métis à travers le pays.
 
                                                                     ***

L’Union métisse Est-Ouest a pour principaux représentants Stéphane Roy, président ; Ismène Toussaint, lien-fondateur, vice-présidente et conseillère aux affaires politiques métisses ; et Jean Jolicœur, co-fondateur, expert en affaires autochtones et représentant culturel. Elle fait régulièrement appel à des conseillers dans une variété de domaines et possède entre un et plusieurs représentants dans des provinces hors-Québec, ainsi que de nombreux alliés : organisations autochtones, mouvements patriotiques québécois, associations culturelles, artistes et sympathisants indépendants.

Mouvement, association à but non lucratif, organisme de représentation et d'entraide, l'Union métisse Est-Ouest demeure avant tout un symbole et un phare indiquant la direction de la Nation métisse à relever, en souvenir des Voyageurs qui l’ont fondée d’Est en Ouest. Elle est aussi la gardienne de la mémoire de Louis Riel et des valeurs traditionnelles métisses, qu’elle enrichit constamment par une œuvre adaptée au contexte contemporain. Elle continue actuellement à développer ses partenariats et ses sites internet :
Ismène Toussaint, http://www.ismenetoussaint.ca/ 
http://ismenetoussaint.com - Louis Riel, http://www.louisriel.org  

                ***

LISTE DES RÉCIPIENDAIRES DU CERTIFICAT DE MÉRITE 2010-2011 DE L'UNION MÉTISSE EST-OUEST

Politique :

- M. Jackie Vautour, chef métis (Nouveau-Brunswick) 
- M. Jean Dorion, ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM, Québec) 
- M. Michel Émery, président de la section-Louis Riel de la SSJBM (Québec)
- M. Benoît Roy, président du Rassemblement pour un Pays Souverain (RPS, Québec)
- M. Pat Martin, président du Nouveau Parti Démocratique (NPD, Manitoba) 
- M. Patrick Brazeau, sénateur, Parti conservateur 

Politique, social et communautaire :

- M. Alfred Chiasson, chef métis de l'Alliance des Premiers Peuples de la Côte Est (APPCE, Nouveau-Brunswick)
- M. Jacob Wawatie, chef Autochtone, Nation Anishinabé (Parc La-Vérendrye, Territoire Anishinabé)
- M. David Chartrand, président de la Manitoba Metis Federation (MMF)
- M. Al Benoit, conseiller politique de la Manitoba Metis Federation (MMF)
 
Entrepreunariat :

- M. Gilles Bérubé, président-directeur général de la Corporation Waskahegen de logement pour les Autochtones (Québec)

Culture :

- M. Henri Bergeron (1925-2000), annonceur radio et télévision (Québec ; remis à son fils, M. Sylvain Bergeron, et à sa sœur, Mme Liliane Legrand)
- M. Yvan Bombardier, président de La Famille et de Mission de Paix sur le fleuve Saint-Laurent (Québec)
- M. Victor Charbonneau, fondateur des Vigiles Louis-Riel à Montréal et patriote porteur du drapeau métis (Québec)
- M. Christian Pilon, Voyageur authentique et intervenant (Ontario)

Enseignement :

- M. Roland Chénier (Québec)
- Mme Jacqueline Gravelle (Québec)

Également nommés « Père et Mère historiques du Québec métis moderne » pour leur dévouement, leur intégrité et leur fidélité à leurs valeurs ancestrales.

Littérature, poésie :

- M. Jean Morisset (Québec)
- Mme Lise Gaboury-Diallo (Manitoba)

Histoire :

- Mme Russel-Aurore Bouchard (Québec)
- M. Lawrence Barkwell (Manitoba)

Musique :

- M. Normand Guilbeault, contrebassiste de jazz et compositeur (Québec)

Peinture, sculpture :

- Guéganne (Mme Priscilla Doucet-Martin, dite ; Nouveau-Brunswick)

Récipiendaire du Certificat de Mérite Gros-Ours :

- M. David Cada (Two Bears Standing), porte-parole de la Nation Odawa (Ontario), « pour son œuvre de rapprochement des Premières Nations et des Métis dans l'esprit de Gros-Ours (1825-1888), chef cri de l'Ouest ; et d'union des Métis canadiens-français et des Métis canadiens-anglais lors des événements organisés dans le cadre de « 2010 : Année des Premiers Peuples d'Amérique - Appel à une manifestation de protestation autochtone les 23, 24 et 25 juin 2010 ». 

 

 

 

 

 

 

© Ismène Toussaint - Stéphane Roy - Jean Jolicœur - Union métisse Est-Ouest


Haut de la page

Administration