Photo

ISMÈNE TOUSSAINT

8-9 JUIN 2017 : « REGISTRE DES ARMES À FEU - LE GOUVERNEMENT LIBÉRAL POURSUIT SA CROISADE LIBERTICIDE », PAR RUSSEL-AURORE BOUCHARD, HISTORIENNE MÉTISSE (CHICOUTIMI, QUÉBEC)


© Miliciens canadiens et soldats britanniques repoussant l'assaut américain au Sault-au-Matelot, Québec, dans la nuit du 31 décembre 1775

REGISTRE DES ARMES À FEU - LE GOUVERNEMENT LIBÉRAL POURSUIT SA CROISADE LIBERTICIDE 

PAR RUSSEL-AURORE BOUCHARD1, HISTORIENNE MÉTISSE

Le 8 juin 2017 - Registre des armes à feu, le retour de la menace ! Le Québec enfin reconnu comme société distincte par le tuteur fédéral, mais pas pour les bonnes raisons !

Quand, dans un système parlementaire, l'opposition populaire ne trouve aucun parti pour représenter ses doléances et contester l'omnipotence gouvernementale, la démocratie a cédé le pas devant l'autoritarisme et la dictature. Dans le cas du Canada et du Québec, c'est d'autant plus insidieux que cet abandon est fait par le biais de la lâcheté des députés et au nom d'une fausse vertu.

Nous avons là, par ce simple fait d'une loi scélérate, abusive et inutile, la preuve que la constitution canadienne est un royal échec. Par ce coup de pied de l'âne législatif donné par le ministre libéral Goodale, le gouvernement libéral de Justin Trudeau est en train de démontrer et de prouver que le Québec est réellement une société distincte. Mais pas pour les bonnes raisons...

Ce deux poids deux mesures pour élaguer les libertés civiles, selon qu'on soit du Québec, de l'Ontario ou des autres provinces, est la preuve manifeste que ce pays a perdu le combat pour la justice et la liberté. Mon dégoût total pour ces élus de pacotille qui n'en font qu'à leur tête et que pour leurs propres intérêts m'est source d'un grand écœurement et de la perte de confiance dans ce système dégénéré.

Devant un peuple sourd et sans voix, ces abuseurs de peuple ont la voie libre et il ne reste à ce dernier que la désobéissance civile passive comme alternative.


                                                                        ***

Le 9 juin 2017 - Les armes à feu et l'engagement citoyen à travers notre histoire, nos gouvernements ont oublié tout ce que notre peuple a fait pour assurer sa liberté et maintenir son unicité ! 

 Si vous pensez que l'accès aux armes à feu n'est qu'un caprice de quelques mâles en mal de leur virilité, vous êtes loin du compte. Aux États-Unis, ce droit inaliénable définit la société. Il marque, dans la Constitution, le premier terme du contrat social et établit de longue date une entente sacrée entre le peuple et l'État. Altérez ce droit, de quelque manière que ce soit, la Constitution vole en éclats et le pays ne tient plus.

Au Canada, on a commencé par s'emparer de ce droit issu de la coutume et de l'histoire pour l'abaisser au niveau d'un simple privilège. Et puis ce qui devait arriver arriva. Année après année depuis les années 1970, les gouvernements dirigés par le Parti libéral qui est un parti liberticide, en a diminué la portée et l'a réduit comme une peau de chagrin. Ce qui contribue à diminuer les prérogatives d'un peuple libre au profit d'un peuple soumis qui n'a plus aucun moyen de manifester sa capacité de refuser, un jour, tout ce qui le menace.

L'accès libre aux armes à feu est plus qu'un simple droit dans une société comme la nôtre. Il est un symbole de liberté et contribue à la construction du mythe canadien. Entre le risque que représente la liberté et l'illusion de la sécurité dans la soumission, je choisis sans hésitation le risque !

Et vous remarquerez que c'est toujours le Parti libéral, tant à Ottawa qu'à Québec, qui est le fossoyeur de nos libertés.

Russel-Aurore Bouchard
Chicoutimi (Québec)

Site Le Peuple Métis de la Boréalie :
http://metisborealie.blogspot.ca/

 

NOTE

1. Né homme à Chicoutimi (Saguenay-Lac-Saint-Jean, Québec), ce n'est qu'en 2007 que l'historien Russel Bouchard osera affirmer publiquement son identité féminine, son « être aux deux esprits » - pour reprendre sa propre expression -, sous le nom de « Russel-Aurore ». Titulaire d'une maîtrise en histoire, cette Métisse écossaise, montagnaise et québécoise, a exercé les professions d'armurière et de conservatrice de musée avant de se consacrer pleinement à l'écriture. Polémiste inspirée par Voltaire, elle s'est fait connaître dans les médias et par le biais de ses blogues, Les Délires d'Akakia et Le Peuple métis de la Boréalie, pour ses prises de position tranchées sur les sujets qui fâchent. Avant tout défenseure de ses compatriotes, elle est  l'auteure d'une œuvre colossale portant sur sa région (La vie quotidienne à Chicoutimi au temps des fondateurs, 5 vol., 1994-2016; Chroniques d'histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, 3 vol., 2011-2015) et sur les Métis : La Communauté métisse de Chicoutimi : fondements historiques et culturels (2005) ; Le Peuple métis de la Boréalie : un épiphénomène de civilisation (2006) ; La longue marche du Peuple oublié/Ethnogenèse et spectre culturel du Peuple métis de la Boréalie (2006) ; Quand l'Ours métis sort de sa ouâche (2007) ; Les Dits des Métis de la Boréalie - Évocation des textes fondateurs (2008); Naissance d'une nouvelle humanité au cœur du Québec (2013) ; Otipemisiwak : Ils ont inventé l'Amérique (2016). Pour une bibliographie exhaustive, consulter le site Wikipédia (Note d'I.T.) 

 

 

 

 

 

 

© Russel-Aurore Bouchard


Haut de la page

Administration