Photo

ISMÈNE TOUSSAINT

4 AOÛT 2016 : « UN APPEL AUX NATIONS UNIES POUR PRENDRE DES MESURES URGENTES CONTRE L’ACTION ILLÉGALE ET UNILATERALE DES ÉTATS-UNIS DESTINÉE À COLONISER GRAND-MÈRE LUNE », PAR STUART MYIOW JR, CONSEIL TRADITIONNEL MOHAWK


© louis-antoine83.over-blog.com

APPEL AUX NATIONS UNIES POUR PRENDRE DES MESURES URGENTES CONTRE L’ACTION ILÉGALE ET UNILATERALE DES ÉTATS-UNIS DESTINÉE À COLONISER GRAND-MÈRE LUNE

PAR STUART MYIOW JR, CONSEIL TRADITIONNEL MOHAWK (KAHNAWAKE, TERRITOIRE MOHAWK)

8 ème nouvelle Lune, 4 août 2016 - En février 2012, les pays contrôlant la Station Spatiale Internationale étaient réunis dans la ville de Québec pour discuter des futurs plans de développement, incluant l’exploitation des ressources de la Lune.

Pendant que nous manifestions pour prévenir des conséquences découlant de l’exploitation et de la destruction de Grand-mère Lune, deux scientifiques, l’un français et l’autre allemand, ont littéralement ri de nous (https://www.youtube.com/watch?v=1PSdouvy0N8) et ont nié de façon véhémente l’existence de leurs plans, qualifiant ainsi nos allégations de pure science-fiction. Leur déni, bien sûr, était un mensonge puisque ces programmes de développement sont bel et bien en cours de réalisation. Ce qui témoigne de la planification d’une portée internationale bien avant 2012.

En janvier 2016, la direction de l’Agence Spatiale Européenne annonçait des projets de colonisation de la lune. La Chine, la Russie, les État-Unis et plusieurs autres pays ont également ce genre de projets. Le 20 juillet 2016, quatre paliers du gouvernement américain (l’Agence fédérale de l’aviation, Le Département d’État, la NASA et leur président Barack Obama) ont approuvé la participation d’entreprises privées au « défi Google planétaire de voler et d'atterrir sur la lune » (http://www.bbc.com/news/business-36970326). L’approbation politique du président des États-Unis ratifie et consacre légalement la colonisation – processus de destruction de notre Grand-mère Lune.

Le colonialisme déjà exercé ici sur la Terre est à l’origine de la crise écologique à laquelle nous faisons face et les pouvoirs économiques, non les populations, ont décidé d’exporter exactement cette philosophie sur notre Grand-mère Lune. Le président des États-Unis et les autres paliers du gouvernement ont agi unilatéralement, violant les relations à la base des lois naturelles, nationales et internationales.

La question de coloniser ou non la lune n’est pas un sujet à soumettre aux intérêts économiques. Cette manière d’agir contrevient à tous les protocoles des relations internationales reléguant la capacité de la société humaine de prendre des décisions dans leur meilleur intérêt. Cet enjeu de colonisation de la lune est un défi moral qui concerne tous les humains sur Terre. Tous les citoyens et citoyennes de tous les pays doivent participer à ce dialogue qui, seul, pourra déterminer une position reflétant le point de vue de la population sur ce sujet.

Du 22 au 30 septembre 2016, la NASA, les Nations-Unies et près de soixante-dix pays se rassembleront pour statuer sur la colonisation et l’industrialisation dans l’espace et sur la lune à Guadalajara, au Mexique. Des représentants de l’Aigle et du Condor des Conseils traditionnels Mohawk et Maïa iront à la rencontre de la population autochtone locale pour partager la connaissance ancestrale de notre Grand-mère Lune et dénoncer ce mariage entre gouvernement et industrie aux dépens de la force de vie de la Lune. Cette alliance méprise tous les processus politiques de la représentation citoyenne, laissant la population de la Terre à la merci des intérêts économiques sanctionné par les États-Unis. Cet acte unilatéral des États-Unis est un affront à tous les humains et à tous les pays ne participant pas à ces tractations.

Les Nations-Unies doivent s’engager à renverser ces actions et amorcer un débat dans lequel toute la population, à travers le monde, pourra se prononcer sur cet enjeu. Il serait immoral de permettre d’exporter la crise écologique que nous avons nous-mêmes générée, ici sur Terre, sur notre Grand-mère Lune. Nous devons exiger, une fois de plus, de nos institutions politiques un comportement plus humain, plus moral face à cette question. Nous nous attendons à ce que les Nations-Unies prennent position sur cet enjeu avant notre arrivée à Guadalajara, Mexique, le 22 septembre 2016.

Skennen kowa. Grande Paix à vous ! 

Stuart Myiow Jr
Représentant du Clan du Loup
Conseil traditionnel Mohawk 
Boîte postale 531
Kahnawake Territoire Mohawk JOL 1B0


 Stuart Myiow Jr
© Johny Day

A CALL OUT TO THE UNITED NATIONS TO TAKE URGENT ACTION AGAINST THE ILLEGAL UNILATERAL ACTION OF THE UNITED STATES TO COLONIZE OUR GRANDMOTHER MOON 

BY STUART MYIOW JR, MOHAWK TRADITIONAL COUNCIL'S REPRESENTATIVE (KAHNAWAKE, MOHAWK TERRITORY)

8th New Moon, August 4 2016 - In February 2012 the controlling countries of the International Space Station were gathered in Quebec City to discuss future plans to develop outer space including the moon. While in attendance to protest and warn against their plans to develop and destroy our Grandmother Moon, two scientists from France and Germany actually laughed in our faces (https://www.youtube.com/watch?v=1PSdouvy0N8) and vehemently denied any such plans existed, shrugging off our allegations as science fiction. Their denial, of course, was a lie, for current such programs of development are indeed happening meaning these things were planned out on an international scale far in advance of 2012.

In January 2016 the head of the European Space Agency announced plans to colonize the moon. China, Russia, the United States and other countries also have plans to colonize. On July 20, 2016 four levels of the United States government (FAA, The State Department, NASA and even their president Barack Obama) gave approval for a private corporation participating in a worldwide Google challenge to fly to and land on the moon (http://www.bbc.com/news/business-36970326). The political approval by the president of the United States ratifies and establishes as law the colonization – destruction process of our Grandmother Moon.

This behaviour of colonization here on earth has caused a global ecological crisis and yet economic powers, not societies, are deciding to export this exact same fate to our Grandmother Moon. The President of the United States and other levels of American government have acted unilaterally, violating basic laws of human, national and international relations. The subject of whether or not humans should colonize the moon with all the destruction it encompasses is not an issue to be decided by economic interests.

Such behaviour goes directly against all protocols of international relations undermining human society’s ability to make decisions in their best interest. This issue of colonizing the moon is a human moral challenge upon all people of the earth in which all citizens of all countries must be engaged in dialogue to determine the human position on such an issue. From September 22 to 30, 2016, NASA, the EU, the United Nations and others, will be gathering with over seventy countries to determine the colonization and industrialization of outer space and the Moon in Guadalajara, Mexico.

Representatives of the Eagle and the Condor of the Mohawk and Mayan Traditional Councils will be converging there, along with local traditional people, to share the ancient knowledge of our Grandmother Moon and to bring warning that this marriage of government and industry to colonize and extract the Moon’s lifeforce undermines every nation’s political process of social representation leaving all people of the earth at the mercy of the economic interests approved by the United States.

These unilateral actions of the United States are illegal upon all humans of all countries. The United Nations must endeavour to reverse these actions and begin a process of engaging the people of the world on this issue. The moral human position against exporting the ecological crisis we have caused here on earth to our Grandmother Moon must rise out of the people and direct our political institutions once again. We will expect to hear a position from the UN on this issue by the time we arrive in Guadalajara, Mexico on September 22, 2016. Do act accordingly.

Skennen kowa. Great Peace to you! 

Stuart Myiow
Wolf Clan Representative Mohawk Traditional Council
PO. Box 531
Kahnawake Mohawk Territory JOL 1B0 

 

 

 

 

 

 

 

© Stuart Myiow Jr, Conseil Traditionnel Mohawk


Haut de la page

Administration